Université Cergy Pontoise

"Que sont-ils devenus ? " #3


Actualité du master - Actualité du 02/04/13

Jamais 2 sans 3, voici le retour d'Aurélia Lauby sur son expérience "M2DPF". Diplomée en 2011, elle est actuellement en poste chez LCL. 



Quelle spécialisation aviez-vous fait/filière suivie avant d'intégrer le M2DPF ?

 

Avant d’intégrer le M2DPF, j’ai suivi des études de droit à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas avec une spécialisation en droit pénal (Master 1 Droit mention Carrières Judiciaires).

 

Dans quelle entreprise et à quel poste avez vous effectué votre apprentissage ?

 

Au cours de mon année de M2DPF, j’ai effectué mon apprentissage chez Amundi, société de gestion du Groupe Crédit Agricole en tant que « compliance officer ».

 

Comment s'est déroulé cette année de M2 ? Quel souvenir en gardez-vous ? 

 

Je garde un très bon souvenir de mon année de M2, et ce, pour plusieurs raisons.

 

Professionnellement parlant, le M2DPF s’éloigne du carcan universitaire et permet aux étudiants d’appréhender le monde du travail. L’apprentissage constitue une première expérience de 13 mois et l’entrée dans la vie active en est facilitée. J’ai eu la chance d’être très bien accompagnée en entreprise, à la fois par ma « maître d’apprentissage » qui a été très présente, et par mes collègues qui ont été très à l’écoute. A l’université, beaucoup de travaux sont réalisés en groupe, permettant de s’initier au travail en équipe, et les présentations orales sont nombreuses… Autant d’éléments qui préparent les étudiants à la réalité du monde du travail !

A côté de cela, j’ai été choisie pour gérer la publication du Pénal Fi, la revue d’actualité réalisée par les étudiants. J’ai beaucoup apprécié la liberté et la confiance qui m’étaient accordées pour le choix des thèmes, les auteurs, le contenu… C’est une mission dans laquelle je me suis vraiment investie, avec enthousiasme, avec fierté au regard qualité des auteurs et des articles publiés mais également avec sa dose de stress, notamment lors de la gestion des délais d’impression.

 

Humainement parlant, le M2DPF réunit une trentaine d’étudiants, bien loin des amphithéâtres comptant plusieurs centaines de personnes. L’université redevient à taille humaine. Les étudiants s’apprécient globalement et s’entraident (nous ne vivons pas dans le monde des Bisounours mais nous sommes loin de ressentir une concurrence sévère entre nous).

Je garde des contacts réguliers avec quelques anciens camarades de promo. Aujourd’hui, on peut réellement dire que j’y ai rencontré de véritables amis.

 

Comment s'est déroulée votre « sortie » du M2 ? 

 

La sortie du M2 s’est très bien passée. J’ai anticipé la fin de mes études et postulé spontanément dans des entreprises ou en réponse à des offres publiées à partir du mois de mai. Quelques entreprises m’ont rapidement contactée, j’ai effectué des entretiens d’embauche et reçu plusieurs offres, dont une pour un contrat à durée déterminée et deux pour un contrat à durée indéterminée.

 

Dans quelle entreprise et à quel poste travaillez vous aujourd'hui ? 

 

J’ai choisi d’accepter un poste d’inspecteur auditeur à l’Inspection Générale chez LCL. Les métiers d’audit interne m’ont attiré, à la fois car je poursuis dans la voie du contrôle interne mais surtout parce qu’ils donnent une vision globale du fonctionnement de l’entreprise. Les missions réalisées sont variées : les audits portent sur les unités commerciales, sur les fonctions centrales mais également sur certaines thématiques transverses.

J’exerce ce métier depuis octobre 2011. La durée moyenne de ce poste est de 3 ans, avec une possibilité d’évolution en tant que chef de mission. Rendez-vous en 2014 pour savoir si j’ai pris cette option !

 

Aujourd'hui, comment percevez-vous cette formation ? 

 

Le M2DPF semble apprécié dans les entreprises pour la rigueur et le sérieux des étudiants. L’apprentissage est également un point fort puisqu’il permet aux étudiants d’avoir un bagage avant l’entrée dans la vie active.

Les intervenants sont globalement de qualité et proviennent d’univers variés (avocats, magistrats, gendarmes, ACP, CNIL, responsables de la conformité en entreprise…).

 

Avec le recul du professionnel d'aujourd'hui, comment percevez-vous l'évolution du domaine pénal financier ? 

 

Aujourd’hui, force est de constater que la réglementation ne cesse de se renforcer et les contrôles des autorités de tutelles se multiplient, avec pour objectif commun la protection du consommateur. De plus en plus d’obligations sont mises à la charge des établissements, nécessitant de trouver un équilibre entre le développement de l’activité commerciale et le respect des obligations de conformité.

 

Et si c'était à refaire... Le referiez-vous ? Si oui, comment ?

 

Rien n’est pire qu’une vie qui s’écoule dans le regret. J’ai fait les choses à fond, je ne regrette rien, je referais les mêmes choses, de la même manière. Mes réussites et mes erreurs font de moi ce que je suis aujourd’hui…

 

Avez vous encore des contacts avec vos camarades de promotions ? Le réseau est-il encore actif ?

 

J’ai encore des contacts actifs avec certaines personnes. Pour la plupart, des informations sont parfois diffusées via les réseaux sociaux mais je n’entretiens pas de contacts réguliers.

 

Quels conseils pourriez vous donner aux nouveaux diplômés ? Aux étudiants actuels ? Ou bien encore aux futurs postulants ?

 

Croyez en vous et en vos capacités. Et n’attendez pas que les choses viennent à vous, soyez proactifs !

 



Actualité du master - Publié le 14/10/17
Remise des diplômes de la promotion 2017
Actualité du master - Publié le 19/05/17
Voyage - Maroc - Rabat